Trail d’un jour pour SERGE PEYRELONG, de deux pour J.M KIRIK

Nos deux compères trailleurs avaient des idées d’autres choses ce week end. Ils sont facétieux et toujours pas les rois de la photographie sportive. On ne leur en voudra pas car ils nous font vivre leurs épreuves avec précisons et humour.  Pour l’anecdote l’un change d’épreuve sur un coup de la SNCF et l’autre s’aligne sans vraiment savoir la distance à parcourir. Jean Michel KIRICK nous raconte son épreuve sur 2 jours :

J’ai passé un super week-end à 1h30 de chez moi dans le 77. Et pour la première fois une épreuve en 2 temps : Vendredi soir: Trail des grenouilles : 23 km 400D+

On part en bus direction la Ferté Gaucher pour un départ à 21h et une arrivée à Rebais. Les conditions climatiques sont plutôt clémentes : vent moyen et un peu de brume. Les frontales sont en action très rapidement. Le parcours est une succession de sous bois et de champs, avec parfois des herbes hautes qui nous empêchent de voir où l’on pose les pieds et des traversées de ruisseau où l’eau monte jusqu’aux genoux (heureusement j’avais prévus 2 paires de chaussures). La barrière horaire est de 3h15 pour les 23 bornes, ce qui m’inquiète un peu : je ne dois pas trainer et je dois me ménager pour le lendemain. Comme d’habitude je démarre en fin de peloton, je m’isole avec mes écouteurs et je pars en petites foulées pour échauffer la machine. Je ne sais pas trop gérer les trails de cette distance, j’y vais donc au feeling avec un rythme plutôt soutenu.

Au final je suis plutôt en forme. Je termine le tracé en 2h11 avec une moyenne de 10,7 km, 23ème au temps officiel et 1er V2M.

Le lendemain réveil à 5h15 pour la 2ième étape.Je suis un peu courbaturé, malgré les étirements d’après course de la veille. Le départ de l’ultra trail de la brie des Morin est fixé à 8h mais je prévois 2h pour la digestion. Au programme : 89 km et 2000 D+, un circuit en boucle au départ de Saint Cyr sur Morin et une barrière horaire de 15h30.C’est une succession de bosses, de passages de rivières, de champs, de petit village et de sous bois. Je pars à allure soutenue pour prendre de l’avance avec les BH. Les jambes, une fois réchauffées semblent tenir malgré l’effort de la veille. Je parcours les 36 premiers km en 4h, sur un rythme plutôt élevé par rapport à mes trails habituels: je m’arrête rapidement au ravito pour remplir les flasques et m’étirer, je remplis mon sac plastique de victuailles et je repars en marche rapide en mangeant mes aliments avant de relancer la machine.

Les 20 km suivant se font sur un rythme mois soutenu. Je chute 3 fois, la fatigue se fait sentir, les automatismes sont moins sûrs et les pieds se cognent sur les pierres du parcours. J’ai presque 2h30 d’avance sur la barrière horaire, et je passe en mode ‘économique’. J’en profite pour me restaurer et me reposer plus longtemps aux ravitos. J’ai du mal à m’assoir, j’ai plus de mal à me relever pour repartir.

Le dernier tronçon de 14 km a été le plus difficile, j’étais déshydraté, impossible de maintenir un rythme de course, les jambes avaient du mal à dérouler, j’ai sortis les bâtons et finis en marche rapide.

Au final, une arrivée en 12h38 60ème au scratch et 15ème V2M

Au niveau des 2 courses, 6ème temps en 14h50 mais pas beaucoup de participants pour ce challenge de 2 courses…Un trail magnifique avec beaucoup de bosses qui expliquent le D+. Parfois de grandes lignes droites qui peuvent démoraliser.Très peu de routes.Un balisage excellent, des bénévoles aux petits soins, une organisation bien rodée.Des ravitos bien fournis, avec soupes, poulet et chipolata au barbecue sur le dernier.

http://www.ultratrailbriedesmorin.fr/wa_files/RESULTATS_20_20CHALLENGE.pdf

Pendant ce temps Serge PEYRELONG

L’Ultrа Bеаuјоlаіs Vіllаgеs Trаіl dе Lе Pеrrеоn еst un événеmеnt аu sеіn duquеl sоnt prоpоséеs plusіеurs éprеuvеs dе plеіnе nаturе, еmpruntаnt à 90% lеs sеntіеrs dе rаndоnnéе du pаys Bеаuјоlаіs аvеc quеlquеs pаssаgеs dаns lеs vіgnеs. Chаquе éprеuvе sе dérоulе, à аllurе lіbrе mаіs аvеc unе cоntrаіntе hоrаіrе іdеntіquе pоur tоutеs lеs cоursеs : lа dеrnіèrе аrrіvéе nе pоurrа sе fаіrе аu-dеlà dе 21h00 lе sаmеdі 29 аvrіl 2017. Serge Peyrelong avait choisi la MAXI BVT : environ 35 km pour environ 2300 mètres de dénivelé positif, au départ de LE PERREON
Traditionnellement on va plutôt dans le Beaujolais pour travailler sa descente.
Mais suite à certains abus de la part de consommateurs tout autant que de producteurs peu scrupuleux, les spécialistes de la discipline sont allés s’entraîner ailleurs et ont laissé la place aux grimpeurs à qui s’offre un vaste terrain de jeu avec de beaux paysages et beaucoup de monotraces en sous bois.
Bon à l’arrivée on reçoit quand même une bouteille et c’est presque l’essentiel.

Serge PEYRELONG sur le classique trail du Beaujolais de 35 ou 42 km (suivant les sources d’information)  avec 2200 mètres de dénivelé positif se classe 23ème  en M2  en 6h59’30 ». Et ne lui dites pas qu’il a fait 7 heure.

http://www.loisirs-beaujolais.fr/IMG/pdf/20180428scratchmaxibvt.pdf

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s